Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2017

Histoire de la borne (Thalasth) de "SIDI-AHMED-OUHYA"

yyyyyyyyyyyyyyyyy.jpg"Sidi-Ahmed-Ouhya" est le saint patron du village de Tassaft-Ouguemoun. Son sanctuaire se trouve à Yahlem, petit hameau situé à une dizaine de kilomètres de L'Arbâa Nath Iraten.

Jadis, chaque année lors des fêtes de l'"Aïd Thamokrante", une grande procession d'hommes et de femmes se rendait pour une visite pleine de dévotion à Yahlem. La visite durait vingt quatre  heures (24H) et toute la nuit était consacrée aux chants du "Dikr " à la gloire d'Allah, du prophète et du saint propriétaire des lieux.

Il faut signaler aussi que chaque famille chez laquelle naissait un garçon était tenue par une vieille coutume de donner en offrande au sanctuaire un mouton sur pieds. Le Saint homme vénéré était considéré comme propriétaire spirituel du village corps et biens.

Pendant longtemps, les principaux quartiers du village n'arrêtaient pas de se faire la guerre. Pour une clôture abîmée, pour une bouture cisaillée par les incisives d'une biquette indélicate, ou pour une querelle d'enfants, tout était motif à des chamailleries et à des échanges de coups à l'aide de gourdins, de pierres et de tuiles, à tel point que tous les toits des maisons en étaient dénudés.

Le village était divisé et aucun des deux protagonistes ne pouvait supporter l'autre.

Fatigués par cet état de guerre qui nuisait beaucoup aux intérêts du village, quelques sages qui n'étaient pas concernés par le conflit décidèrent d'aller chercher secours auprès de "Sidi Ahmed Ouhya" à Yahlem. Ils rapportèrent fidèlement au saint homme la situation que vivait le village. En guise de réponse, il décida de les accompagner au retour.

Arrivé au village, le Saint homme appela les belligérants et leur reprocha leur conduite puis demanda qu'on lui apporte une grosse pierre. Devant l'assistance médusée, il entreprit de creuser de ses propres mains un trou assez profond dans lequel il planta la pierre puis s'adressant aux hommes autour de lui, il leur dit :

- " Ce village est mien, cette borne est mienne. Celui qui troublera dorénavant la paix de mon village ou ébranlera cette borne, ma malédiction le poursuivra lui et sa progéniture et ce, jusqu'à l'infini."

Le sage et perspicace saint homme instaura une paix définitive avec une simple pierre plantée au centre du village.

Cette pierre est toujours là, à sa place, et nul n'ose la déplacer ou l'ébranler. Elle est respectée comme héritage des anciens et porte en elle le symbole de la paix retrouvée.

_____________________________________________________________________________________

Youcef AIT-MOHAND, Béjaia, Février 2012.